un patient au bout du monde
Paris Pekin 2008


Vous allez pouvoir suivre le périple de Raymond tout au long des 12'000 km qui vont le mener à Pékin.



Raymond Cambarrat :       
                         
Assistant Technique supérieur, Responsable Sécurité,
CERN, Genève


Raymond a été un rugbyman de niveau international.

Il compte 6 sélections dans l’équipe nationale Suisse de Rugby. Il était 10 fois vainqueur du Championnat Suisse et/ou de la Coupe Suisse.  Il a été Capitaine et Entraîneur de l'Equipe du CERN, multiples fois championne de Suisse.
Il a été, moniteur, expert,  représentant le canton de Genève jeunesse & sport suisse de rugby.
Président de l'A.C.G.R. (l’Association Cantonale Genevoise de Rugby), regroupant tous les clubs et écoles de rugby de la région genevoise, sa plus grande joie était, pendant 12 ans, d’être responsable du Mouvement Cantonal Junior de Rugby (Suisse).

Comme animateur il a encadré des jeunes dans le cadre de campagne  « No drogue, More sport » érigée par le département fédéral des affaires sociales.

Raymond a aussi un passé de cyclotouriste, il effectue de 10 à 12 000 km/an et ses expériences se ‘résument’ ainsi :

Durant les périodes d’été, il participe aux randonnées dominicales et il prend part régulièrement aux sorties cyclotouristes ou sportives organisées en France ou en Suisse. (Brevets routiers nationaux et internationaux). En solitaire, ou en groupe, il a effectué au profit du Téléthon les transversales cyclo-touristes Munster (Allemagne) – Genève et Genève - La Rochelle (France).

Il a effectué des multiples allers-retours Amsterdam – Genève et Tarbes (France) - Genève.
Il a fait la traversée en individuel de l'Espagne ainsi que celle des Pays-Bas. Il ne lui manque aucune des classiques traversées des Alpes, des Pyrénées et des Dolomites. Seul Paris-Brest-Paris manque encore à son palmarès.


Agé de 56 ans, à la veille de sa retraite, il a été sélectionné par la Fédération Française de Cyclotourisme (FFCT) pour participer à Paris-Pékin, http://www.parispekinavelo.com  à vélo (12 000km)  entre le 16 mars et 3 août 2008.

Pour relever ce nouveau challenge, il roule au Vélodrome d’hiver à Genève et pratique le ski de fond et il compte sur l’entraînement programmé de Pascal Plomb et sur sa collaboration tout au long du trajet.



 

Voici le programme que Raymond a débuté avec son Compex en complément du travail cardio :



FICHE COMPEX                          PLOMB PASCAL, Physiothérapeute


PARIS PEKIN A VELO

Ce programme vient en complément de l’entraînement sur route.

Il a pour but de protéger Raymond :
-    augmenter sa force pour éviter les surcharges
-    travailler le gainage de son tronc.


Quadriceps :

Programme Force
Niveau 2
2x / semaine
4 semaines


Programme complémentaire :

Endurance
Niveau 1
2x / semaine pendant 4 semaines
3x / semaine pendant 4 semaines


Abdos / Spinaux :

Programme : Résistance
Niveau 1
1x / semaine
jusqu’au départ


Récupération :

Selon les besoins de Raymond , mais au moins deux fois par semaine après l’entraînement ou lors du voyage.


L’électrostimulation est ici dans son domaine de prédilection :

- complément de musculation pour protéger l’athlète !
- récupération et gestion des petits bobos…

Chroniques de l'entraînement :

Après une première semaine de Compex , Raymond ressent déjà les bienfaits de la "Récupération" dans sa gestion de l'entraînement.
Le travail en pré-fatigue lui convient à merveille : séance de Compex avant de partir rouler.

Pour le suivi et l'optimisation du travail avec Raymond je bénéficie d'un outil d'évaluation de premier ordre : Le Myotest.
(pour plus d'info :  
www.myotest.com    )


Raymond profite pleinement des bénéfices du Compex  qui lui permet de récupérer complètement de ses séances d'entraînement. Il ne ressent aucune trace de fatigue après le programme de "Récupération".


Actuellement le travail avec Raymond consiste à l'amener dans la meilleure forme possible sur la ligne de départ :

massage
acupuncture
Moneyron


LE VOYAGE...


IL EST PARTI DEPUIS TROIS SEMAINES !!!!

Ils ont déjà effectués plus de 2000 km ...

La météo ne les a pas épargnés, mais visiblement ils prennent leur rythme.

vous pouvez les suivre sur www.parispekinavelo.com

Le Compex fait des heureux au quotidien.

Un patient au début d'un beau périple ...




Et 7000 km !!!!

62 étapes, et tout se passe bien , sauf l'alimentation qui semble difficile. Le Compex tourne à plein régime. Raymond l'utilise principalement pour la "récupération active" et il fait le bonheur d'autres participants avec le programme "jambes lourdes" .
Ils sont actuellement au kazakhstan.

Le héros du jour et ... de l'année !


                                                   5.6.2008

Le 6.7.2008 ...

Raymond est en Chine. Il a déjà parcouru 92 étapes. Le Compex continue de tourner à fond et pour tout le monde ...




Carnet de route :
voici un petit bout du voyage de Raymond ...

" YONGCHANG – WUWEI
L’étape du jour sera courte, mais pourtant riche en évènements, non pas par le trajet qui s’effectue sous la chaleur, mais par les rencontres que nous avons effectuées à la fois dans une école et dans un parc lors de notre arrivée.
En ce qui concerne l’étape elle sera très vite effectuée d’une part en raison de la longueur 60 km, mais  aussi grâce à la déclivité, nous descendons encore de 400 mètres, et aussi à la présence du vent favorable.
Nous sommes depuis quelques jours dans un corridor entre deux chaines de montagne et les décors autour de nous varient régulièrement le long de la route,  tantôt désertiques, tantôt cultivés avec des agglomérations rurales en torchis et/ou en briques recouvertes de carrelages  avec des décors peints et qui  sont mitoyennes, érigées selon un modèle identique. Nous apprendrons  que les matériaux  sont déposés dans le village et que tous les futurs habitants participent en commun à la construction de ces maisons.

Après une attente à l’entrée  la ville-étape, nous nous acheminons en groupe vers notre lieu d’hébergement.   Alors que nous effectuons le déchargement de nos bagages, nous sommes interpelés, Gil et moi-même par une personne de petite taille, qui parle anglaise et qui souhaite que nous présenter aux enfants de sa classe. Rendez-vous est pris après la douche et le repas traditionnel.

Gil prend le matériel (école solidaire) et je prends un des derniers dossiers scolaires qui ont  été faits par les enfants et les maitres de l’école de Chancy et que je remets, si possible, dans une ville frontière. 3 autres personnes (Jean-Marie, Jean et Mireille) du groupe se joindront à nous pour assister.
Nous sommes attendus à l’heure fixe, par 2 hommes (le conducteur et le responsable de l’établissement : Head master) et notre institutrice qui nous emmènent dans  un minibus climatisés  dans une avenue.  Nous nous arrêtons devant des immeubles mitoyens où seule une enseigne noyée dans la masse des affiches révèle la présence d’un établissement scolaire. Durant le trajet, nous ferons les présentations et l’institutrice répètera plusieurs fois nos prénoms : Jean, Jean-Mali, Gilé, Mi-eille. Lémon). Elle nous apprend que nous allons dans une école privée où l’on donne 2 heures de cours le week-end (samedi et dimanche)  et pendant les vacances à de jeunes enfants de 5 à 18 ans.

Par un escalier, dont les contremarches servent de supports publicitaires, nous arrivons dans une réception où nous sommes accueillis par plusieurs personnes. On nous offre des boissons, et nous préparons avec l’institutrice notre intervention. Gil débutera et présentera le Paris-Pékin, je viendrais ensuite et présenterais l’école de mon village. Les autres interviendront enfin pour répondre aux questions des élèves.

Après les 2  présentations et l’utilisation des planches pour traduire en anglais les fruits et les légumes présentés  les questions fusent : que mange-t-on, pourquoi 3 plats si différents, quels sont les monuments de Paris, qu’aimez-vous en chine... et des questions surprenantes qui nous éludons eu égard à nos méconnaissances : qu’elles sont les différences entre les lois chinoises et européennes ?. Ils sont surpris comme par la présence d’une piscine dans l’école d’un petit village, mais comme tous les enfants, après des moments de timidité, avides d’informations et de contacts, ils posent des tas de questions. L’institutrice, anime la classe et montre son enthousiasme. Nous étions là, pour une classe, nous en ferons deux et c’est sous les applaudissements que nous les quitterons à regret.  Après les photos d’usage, nous sommes reconduits à l’hôtel et  durant le trajet l’institutrice, se propose de nous faire visiter sa ville. Après un interlude, qui nous permet de revenir dans la chambre et prendre de l’argent, nous la retrouvons, juchée,  sur un mini vélo, qu’elle poussera tout au long de la soirée.

Nous visitons un temple bouddhiste, puis après passage d’une porte de la ville, nous nous dirigeons vers un grand square et allons dans l’enceinte d’un musée en l’hommage de Confucius où nous visitons des maisons traditionnelles et des vestiges (tombes, effigies, peintures et décorations boisées ancestrales, bouddhas, etc.). Il règle dans cet ensemble un calme, une sérénité que l’on retrouve lors des visites dans les cloitres et qui contraste avec la ville qui nous entoure).

Après ces visites, certains fatigués par la journée sportive regagneront l’hôtel et l’opulence du repas, l’institutrice nous invitera à manger à l’extérieur. Trois paniers superposés et remplis de boulettes de pain farcis et cuites à la vapeur, sont servis avec un verre de thé et deux « pigeots » (bière) qui seront servis dans des verres de 1/2 déci (attention danger ! c’est comme si vous buvez la bière à la paille !).
L’on est attendu par le Head master sur le square que nous avions quitté peu avant. Des panneaux et une télévision font la promotion des cours d’anglais, de cet institut. Nous sommes de suite entourés par des enfants et leurs parents. L’institutrice, prend la parole, et demande à tous de bien vouloir lever la main pour signaler le questionneur. Les questions fusent de toutes part et nous nous prenons au jeu : Pourquoi les français ne parlent-ils pas le chinois ? Pourquoi parlons-nous l’anglais ? Les questions reviennent sur les buts de notre périple, quels sont les monuments de Paris ? Qu’aimons-nous en Chine ?. Les questions des fois se répètent et notre gosier s’assèche.

Le Head master, discret mais toujours présent, propose à l’institutrice de nous inviter à boire. Deux « pigeots » feront l’affaire. Nous pensions avoir terminé, mais nous sommes de nouveau entourés par une vingtaine de personnes qui se présentent à leur tour et posent des tas de questions. Certains demandent notre site internet et/ou nos adresses. De nouveau deux « pigeots »  arrivent et la tête commence à se griser.
C’est en taxi, payé par l’institutrice que nous regagnerons l’hôtel, las, grisés mais heureux de notre journée, et si nous avons servis de support promotionnel, c’était pour la bonne cause."

 



A suivre ...

www.compex.info

www.physio-p-p.com
 



HomeOù me trouverSpécialitésle cabinetLe coin du patientActivités du cabinetGalerie photoSortie ski 2005Sortie VTT 2005